Warning: Illegal string offset 'wp_maintenance_version' in /home/lmdweb/bullabebe.com/wp-content/plugins/wp-maintenance/wp-maintenance.php on line 75
Ces occasions qui deviennent trop rares… – BULL(A)BB
L'humeur du jour

Ces occasions qui deviennent trop rares…

Voilà une quinzaine d’années que j’ai ouvert mes ailes, que je n’ai plus d’heures de permission (autre que mon horloge biologique qui me dit que passer 2h du mat’, le réveil de PetitChou va piquer demain matin), que je suis une adulte (responsable et un peu barrée des fois aussi quand même), que j’ai le permis de conduire, le droit de vote et tout et tout.

Quand je me replonge dans mes souvenirs d’il y a quinze ans, je me rends surtout compte de la place que prenaient mes amis dans ma vie. Toute la place je crois. Pas un weekend, pas un jeudi soir (jour de soirées étudiantes), pas une semaine de vacances sans que nous émettions le projet de passer du temps ensemble. Autour d’un verre, la clope au bec, à refaire le monde (ou une 40ème partie de tarot). Je me souviens de nuits blanches passées à jouer à des jeux vidéos improbables (hello Worms!). Je me souviens des vacances en tentes puis en mobil-home (wouhouh grand luxe), des concerts et des festivals de rock à l’autre bout du pays, des virées sur la côte improvisées, des apéros à rallonge où l’on oubliait de dîner (parce que de toutes façons, « manger, c’est tricher »). Je me souviens d’une époque où nous partagions chaque instant de nos vies comme si c’étaient les plus importants, nos histoires sentimentales à rebondissement, nos coups de cœur, nos coups de gueule aussi, nos galères étudiantes…

Vacances entre amis

Je me souviens aussi de la forme olympique que je pouvais tenir à l’époque, même à raison de 5 sorties par semaine. Je me rappelle le plaisir coupable qu’il y avait pourtant quelquefois à éteindre le réveil et faire la grasse mat’ buissonnière.

Et puis, nous avons tous grandi, pris la route pour aller terminer nos études, chercher un premier job, rejoindre un amoureux quelques kilomètres plus loin. Beaucoup se sont mariés (ou pacsés, ou installés en couple, c’est kif-kif), ont eu des enfants, ont désormais une vie bien remplie entre famille, obligations professionnelles etc.

Bien que nous soyons pour beaucoup, encore géographiquement très proches, je me fais souvent la réflexion sur l’empreinte du quotidien dans le maintien du lien amical. Finis les grands raouts pour les mariages, les 25 ou les 30 ans. Compliquées les vacances tous ensemble (quand il faut compter le nombre d’adultes, d’enfants, de voitures, de sièges-auto… ça donne un peu le tournis). Souvent remises aux calendes grecques les occasions de voir « ceux qui sont loin ». Et je le regrette bien souvent.

Moi, toute geekette archi-connectée que je suis, j’ai du mal avec le téléphone. Je préfère prendre des nouvelles à l’ancienne, autour d’un Mojito (même s’il serait virgin en ce moment). J’ai l’impression de suivre les grandes étapes dans la vie de chacun grâce aux réseaux sociaux, mais malgré tout, je n’aime pas la sensation un peu amère qui me reste dans la gorge quand les occasions de se voir se font trop rares. Comme si on capitalisait sur les moments heureux passés ensemble mais qui, comme leur adjectif l’indique, appartiennent au passé, sans réussir à se créer de nouveaux souvenirs.

Peut-être que le fait que les copains soient partis au ski sans nous cette année (mon statut de baleine n’étant que peu compatible avec la pratique du snowboard) me remue un peu et me fait réfléchir à tout ça. Il n’en sort qu’une chose au final, que les beaux jours arrivent vite et qu’on se rejoigne vite pour un barbeuc’ sur la terrasse de Mamithé 😉

Vous me manquez les coupains !!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *