Concours

Naissance à rebondissements

 

Il faut dire qu’elle avait décidé de prendre son temps et de profiter au maximum du cocooning offert par le ventre maternel… Seulement voilà, le Jour J (la DPA pour les initiés « Date prévue d’accouchement), d’un côté le corps médical était prêt à donner un coup de pouce pour déclencher le travail, de l’autre maman était largement prête à accoucher (les cours de préparation auront bien servi…).

Pas de bol, pas de dilatation à l’horizon, un monitoring de championne, et une écho qui annonce que Mlle a encore largement de quoi flotter dans son bassin olympique (pardon, amniotique). On me renvoie donc dans mes pénates avec un RDV à J+2… Arrrrgh, je commence à détester tous les gens qui m’ont dit qu’à partir de 37SA, Bébé pouvait venir quand il le voulait… ça fait plus de 4 semaines que j’attends, moi !!! et que je fais flipper Loulou à chaque fois que je l’appelle… Il est vraiment temps que Bébé arrive.

Les dieux ont dû m’entendre puisque le lendemain, soit J+1, 6h du mat’, a y est les contractions sont douloureuses, régulières… la lumière au bout du tunnel. On ne panique pas, on attend de voir si elles s’arrêtent ou non, et finalement, après 2h30 de tergiversations, une douche, un petit déjeuner, un dernier check de la valise, c’est le départ pour la maternité… Normalement, la prochaine fois que l’on franchira le seuil de cette porte, nous serons trois… Youpi !

Arrivés aux Urgences Gynéco du CHU, et après l’attente réglementaire d’une bonne heure avant d’être prise en charge (bon ok je n’ai pas perdu les eaux…), c’est parti pour un premier examen. Je raconte mes aventures à la sage-femme, qui semble un peu sceptique quant à la mise en route du travail… Je suis dégoûtée, elle va m’examiner quand même ??? Et il s’avère finalement que oui, je suis à 3 cm, et que c’est donc normalement pour aujourd’hui !!! Soulagement !

Démarre ainsi le marathon de l’accouchement, car pour la « petite primi » que je suis (dixit la sage-femme) cela semble parti pour durer un petit moment… Finalement, après un coup de pouce à coup d’ocytocine, une péridurale (bénis soient les anesthésistes…), et une rupture de la poche des eaux, il m’aura fallu 16 heures pour arriver à dilatation complète… Et quand on croit que c’est fini, la nature semble se jouer de nous car Bébé ne veut (ou ne peut) pas s’engager pour la sortie… Un périmètre crânien important semble en être la raison, de là à dire que ma fille aurait déjà la grosse tête…

Cependant, Bébé commence à fatiguer de tous ces efforts pour venir au monde, et c’est donc vers 1h du mat’ (ah tiens on a changé de jour…) que la décision est prise d’effectuer une césarienne en urgence. Tout s’accélère, en moins de 5 minutes (du moins c’est l’impression qui me reste aujourd’hui) me voilà transférée au bloc, avec une nouvelle dose de péridurale, un champ stérile au dessus de la tête quand, ô miracle, je l’entends crier, ma Puce qui vient de prendre sa première respiration. A ce moment-là, je ne sais pas encore que c’est une petite fille qui vient de naître, ce qui explique d’ailleurs que la première chose que j’aie vue d’elle soit son joli popotin. Quelques bisous et hop la voilà partie retrouver son Papa pour une séance de peau à peau avant que je ne puisse retrouver mes deux amours en salle de réveil.

Que d’illusions ! Alors qu’on commence à me recoudre, c’est un épisode d’Urgences qui démarre en direct dans le service. Il faut dire que nous sommes au milieu de la nuit, que les effectifs sont donc un peu réduits, que c’est une nuit de pleine lune et que 2 autres mamans doivent alors faire face un accouchement difficile. Commence ainsi la ronde des médecins, internes, infirmières, sages-femmes, anesthésistes qui vont et viennent d’un bloc à l’autre, m’abandonnant à mon sort avec une externe en médecine et une aide-soignante (merci à elles deux pour les massages, le réconfort et la compagnie).

Il me faut être patiente puisque tout rentre finalement dans l’ordre après 2h30 et l’arrivée du gynéco d’astreinte. Il est 4h du mat’ (tiens ça fait 22h que je n’ai pas dormi…) et je retrouve enfin Loulou et Bébé en salle de réveil (qui devrait être rebaptisée en salle de sommeil…). Le bonheur. A peine posée contre ma poitrine, la Puce s’agrippe à mon sein, petit visage tout rose et affamé. Je n’oublierai jamais cette première rencontre. C’est véritablement parti pour cette nouvelle vie à trois.

Et comme un signe du destin, c’est finalement le 29 novembre que naît Mlle, offrant à ses deux mamies le plus joli cadeau d’anniversaire qui soit, puisqu’elle les a faites grand-mère pour la première fois. Bravo ma Puce, je ne regrette pas de t’avoir tant attendue.

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 Comment

  1. Pingback: 5 ans – BULL(A)BB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *